Questions & Reponses

Qu’est que La Federation Belge de Vol Libre ?

La Fédération Belge de Vol Libre regroupe les pratiquants du deltaplane et du parapente en Belgique. Elle gère ces sports en Belgique (sites, brevets, examens,…), organise les Championnats de Belgique et représente la Belgique au plan international. La FBVL est une ASBL gérée par un conseil d’administration bénévole qui est démocratiquement élu par les membres de l’association. Ces membres payent chacun une cotisation, ce qui est pratiquement le seul revenu de la FBVL. Cette cotisation comprend l’abonnement à la revue FBVL, une assurance en Responsabilité Civile pour la pratique du vol libre (obligatoire dans plusieurs pays) et une assurance individuelle accidents (frais médicaux, invalidité, déces, frais de recherche et de sauvetage).

Qu’est-ce que “Le Vol Libre”?

Le “Vol Libre” est le terme qui regroupe les activités de deltaplane et parapente. Le deltaplane et le parapente sont essentiellement des planeurs de pente: ils décollent en général d’une pente et, en volant à proximité de cette pente, ils parviennent à se maintenir en l’air dans des courants ascendants. Il arrive souvent que les libéristes parviennent à quitter ces pentes en exploitant des ascendances thermiques qui les amènent nettement plus haut que les montagnes, voir même jusqu’aux nuages.
Grâce à ces ascendances thermiques, des vols de plusieurs heures et de plusieurs dizaines de kilomètres sont possibles en montagne comme en plaine, où l’on décolle avec l’aide de treuils ou d’ULM remorqueurs. Ce type de vol est fréquemment pratiqué en Belgique. Bien sûr, il existe différents sites en pente en Belgique et près des frontières belges, ce type de vol reste donc courant chez nous.

Qui peut pratiquer le Vol Libre?

Bien que l’écolage deltaplane est assez dur (portage de l’aile en haut de la pente école), le deltaplane ne nécessite pas une condition physique extraordinaire ni une force musculaire importante. Le parapente est même encore plus accessible en raison de son poids de portage dérisoire et la vitesse d’envol plus faible qu’en delta. Pour les deux sports il y a des ailes adaptées à chaque poids et à chaque stade de progression. Bien que ce ne soit pas requis au niveau fédéral, la plupart des écoles demandent un examen médical (par votre médecin traitant), afin d’éviter de mettre sa vie et la vie d’autrui en danger (épileptiques, cardiaques, mauvaise vision…). N’oublions quand-même pas que c’est un sport à fortes sensations… Il n’y a pas d’âge minimum mais le consentement écrit des parents est requis pour les mineurs.

Comment apprendre et que faire apres l’ecolage?

Le vol libre est enseigné par des Moniteurs FBVL (voir liste en annexe) ou des moniteurs (agréés) de fédérations étrangères. Ces moniteurs vous apprendront à maîtriser l’aéronef au sol, à décoller et atterrir, tout ceci sur une pente école qui n’est autre qu’une pente douce et progressive. Après quelques jours de petits bonds de plus en plus amples, vous commencerez à faire des vols intermédiaires suivis d’un premier grand vol. Celui-ci, tout comme les suivants, sera fait avec liaison radio, permettant au moniteur de vous guider en vol et en approche du terrain d’atterrissage. Ces grands vols se feront en montagne et donc à l’étranger, pendant des “stages de grands vols”. Ensuite peuvent suivre des stages de perfectionnement. Tous ces stages se font généralement avec le matériel de l’école (deltas, parapentes, radios, casques…).
De plus, ces moniteurs vous donneront une base théorique, vous prépareront pour l’examen théorique fédéral, et vous feront passer l’examen pratique. Ces deux examens, accompagnés d’un certain nombre de grand vols consignés dans un carnet de vol (demandez-le à votre école ou à la FBVL) et signés par un Observateur FBVL ou par un moniteur, vous permettront d’obtenir le Brevet FBVL de Pilote.
En principe, c’est après l’écolage que l’on s’achète son propre matériel. Il y a du matériel neuf pour débutants en vente chez les professionnels, mais il y a également une marché de l’occasion florissant dans le milieu du vol libre.
Dans chaque parution de la revue fédérale, à laquelle tous les membres sont automatiquement abonnés, il y a des petites annonces de libéristes qui vendent leur matériel, pour acheter du matériel plus performant ou à cause d’arrêt.
Celui-ci est souvent encore en bon état (*), mais il est très important de vous faire aider dans votre choix par des pilotes expérimentés, qui pourront également vous accompagner pour vos premiers vols en dehors de l’encadrement de votre école. Pour apprendre à en connaître, il est fort utile de s’affilier à un club (voir liste en annexe).
(*) Les parapentes sont plus sensibles aux vieillissement que les deltas: rayons UV, usure des suspentes traînées par terre. Pour les deltas, attention à la corrosion des câbles et boulons, due aux vols en bordure de mer (eau et sable salés).
Ces câbles sont facile à changer, tout comme le suspentage d’une voile de parapente, mais c’est un travail de spécialiste. Les clubs organisent des sorties à l’étranger, disposent dans certains cas d’un treuil ou d’une infrastructure de remorquage, et vous permettent d’évoluer et de découvrir des sites en profitant de l’expérience de pilotes plus chevronnés. Il est très important de ne pas voler seul sur des sites inconnus au début de votre carrière de libériste: la plupart des accidents graves se produisent dans ces conditions. En général il ne faut pas voler en cumulant plusieurs inconnus: nouvelle aile ou harnais, nouveau site, conditions météorologiques inconnues… Après quelque temps vous pourrez commencer à faire des vols de durée ou des vols de distance (“cross-country”), mais il est important de savoir que l’espace aérien n’est pas partout accessible pour le vol libre et qu’une navigation s’impose dans la plupart des cas (avec carte et boussole!).
Enfin vous pourrez vous mesurer tout en progressant dans le cadre de compétitions tant en Belgique qu’à l’étranger.
En conclusion il faut dire que le vol libre est et reste un sport a risques, toutefois nous n’en sommes plus au temps des pionniers: apprendre seul, acheter ou construire une aile seul est très dangereux.
Il y a maintenant des bons constructeurs, de bonnes écoles et des clubs pour vous aider. Profitez-en!

C’est quoi la carte IPPI et comment puis-je la procurer ? Y-a-t’il un brevet international comment puis-je me le procurer ?

La carte IPPI est un diplôme d’équivalence de brevets qui est décerné par la FAI via les fédérations nationales, ici donc la FBVL. Elle est reconnue dans à peu près tous les pays qui demanderaient autrement un brevet national pour les activités de vol, libre ou en compétition.
La carte IPPI n’est délivrée qu’aux membres FBVL détenteurs du brevet FBVL de Pilote (niveau IPPI 4) ou de Pilote XC (niveau IPPI 5), qui sont assurés pour le vol libre. Elle reste valable tant qu’elle est accompagnée par une carte de membre FBVL en cours de validité.
La carte IPPI n’est pas la FAI Sporting Licence. La carte IPPI doit seulement être décernée une seule fois, sur base des brevets, pour un prix de 25€, alors que la FAI Sporting Licence doit être renouvelée chaque année, pour 5€, et n’est nécessaire que pour la compétition.

Vous pouvez consultez toutes les informations sur la carte IPPI sur nos pages de la reglementation: carte IPPI.